Tendances

Notre avis sur le régime paléo : interview d’Élise Sibassié, diététicienne chez Nutrikéo

régime paléo
écrit par Elise

Bonjour Elise, merci d’avoir accepté de faire cette interview. Aujourd’hui nous allons parler du régime paléo. Né dans les années 1980 du radiologue américain Stanley Boyd Eaton, le régime paléo est popularisé en 2002 par Loren Cordain et son livre “Le régime Paléo”. Il y explique les grands principes de ce régime et initie le mouvement “The Paleo Diet”.  Aujourd’hui, le régime est suivi par des millions de personnes, avec en tête de file de grands acteurs comme Uma Thurman ou Matthew McConaughey.

Tout d’abord, qu’est-ce-que le régime paléo ?

Le régime paléo est un régime qui s’inspire de l’alimentation des hommes du Paléolithique. Ils maitrisaient le feu et fabriquaient des outils en pierre taillés. C’étaient des hommes qui ne transformaient pas leur alimentation mais qui étaient chasseur – cueilleur donc ils mangeaient des légumes, des fruits, mais l’agriculture n’existait pas encore.

Le principe de ce régime est de se baser uniquement sur les aliments qui étaient disponibles à cette époque-là.

Il y a l’idée que notre alimentation a évolué trop vite et que nos organismes n’ont pas eu le temps de s’y adapter, d’où le boom de maladies de « civilisation » telles que l’obésité ou le diabète. Revenir à l’alimentation « de nos ancêtres » serait donc rendre service à notre système digestif.

Quels aliments sont autorisés ? Interdits ?

Au niveau des aliments autorisés, on a : les fruits et les légumes frais, les fruits oléagineux, les viandes maigres, les poissons et les fruits de mer. On ne trouve pas de céréales car elles sont essentiellement cultivées, en revanche, on trouve des graines. Ce qui est un peu surprenant dans ce régime ce sont les poissons et les graisses. Au Paléolithique, ils n’avaient pas forcément tous la mer à portée de main. Pareil pour les graisses, notamment l’huile de colza, d’olive, de lin ou de noix, on ne sait pas si c’était disponible à l’époque. Et le vin ! Ils autorisent l’alcool…

Pour les aliments interdits, on va retrouver surtout : les céréales et les légumineuses, les féculents, les produits laitiers, et tout ce qui est produit transformé.

Le régime paléo est apprécié car il permettrait de perdre du poids rapidement, est-ce vrai ?

Alors je pense que ça peut être vrai. Il faut garder en tête qu’un régime quel qu’il soit marche généralement chez 30% des gens. Par exemple, le régime ananas, ça fait maigrir des gens même si aujourd’hui c’est complètement saugrenu. Le régime paléo, oui, fait maigrir des gens, notamment parce qu’on a relativement peu de glucides, et parce qu’on a des apports en protéines importants. Ils permettent de préserver la masse musculaire. C’est souvent à la base des régimes hypocaloriques ou des régimes amaigrissants.

De plus, quand on suit ce genre de régime, on mange des protéines, des fruits et des légumes qui sont rassasiants, on diminue donc spontanément ses apports alimentaires. La satiété est plus rapide. En ce sens-là, oui, ça fait perdre du poids.

Quels sont les avantages de ce régime ?

Les avantages reposent surtout sur ce que je viens de dire. Globalement, c’est une alimentation quand même « santé » : les fruits et les légumes, les aliments non transformés, les viandes plutôt maigres. Il y a forcément des avantages.

Comment se situe le régime paléo vis-à-vis des recommandations officielles en matière de nutrition ?

Les recommandations officielles aujourd’hui portent sur la végétalisation de l’assiette avec les fruits et légumes, qui sont inclus dans le régime paléo. En revanche, les céréales complètes, les légumineuses qui sont aussi à privilégier ne font pas partie du régime paléo.

Il y a des aliments recommandés par le PNNS avec lesquels le régime paléo est en accord : privilégier la volaille, diminuer les viandes rouges et les aliments transformés (charcuteries, sel) ; ou encore encourager le « fait maison ». Tout cela va dans le bon sens.

Parmi les divergences, on a les produits laitiers, que l’on ne consomme pas dans le régime paléo alors que la recommandation se positionne à 2 portions par jour.

Cela peut poser problème, car il y a un risque de carence en Calcium. Cependant, il existe d’autres sources de Calcium dans l’alimentation.

A noter que les régimes riches en légumes et pauvres en féculents nécessitent un système digestif éprouvé, et cela ne conviendra pas à toutes les personnes. Par exemple, on sait que les seniors sont souvent plus sensibles des intestins donc il faut bien faire en fonction de ses tolérances personnelles.

Le régime paléo est de plus en plus apprécié par les sportifs, à tort ou à raison ?

Pourquoi ça marche bien chez les sportifs ? Parce qu’on maintient des apports en protéines suffisants.

Cependant, les apports en glucides sont réduits donc ce régime ne profitera peut-être pas à tous les sportifs. Par exemple, il n’est peut-être pas adapté aux athlètes de sports d’endurance ou en aérobie.

Le régime paléo est aussi un mode de vie qui inclut : une pratique sportive régulière, un respect de 7 à 9h de sommeil, une prise des repas « quand on a faim » et non à heure fixe… Peut-on vivre mieux en suivant ce régime ou est-ce une utopie ?

Pour ce qui est de l’activité physique : on est complétement d’accord. Si on se déplaçait autant que les gens du paléo on aurait de plus grandes dépenses énergétiques et on n’aurait pas tous les problèmes d’obésité qu’on a aujourd’hui.

Pour le sommeil, évidemment que je suis d’accord, c’est la clé.

Pour la prise de repas « quand on a faim », ce n’est pas dans les recommandations officielles actuelles. On a plutôt tendance à recommander la régularité et pas forcément le « libre-service ». Après c’est peut-être très français aussi de conserver ces temps de repas à table qui ont un rôle social.

D’un point de vue « vie sociale » ça oblige peut-être à fréquenter certains restaurants ou à côtoyer des personnes qui suivent le même régime. Mais il n’est peut-être pas plus restrictif qu’un autre : c’est un peu la même chose quand on est végétarien ou vegan.

Dans les différentes versions de régime paléo, il y a quand même beaucoup d’arrangements avec la modernité. Un vrai régime paléo ne serait pas aussi diversifié qu’aujourd’hui, avec des aliments qui ne sont pas forcément locaux. En ce sens, dire qu’on mange comme au paléo c’est un peu une utopie.

Au final, on l’adopte ?

On ne va pas dire qu’on l’adopte car il est quand même un peu radical. Mais on peut largement s’en inspirer ! Il y a du bon dans ce régime. Pourquoi pas prévoir un repas paléo par semaine ?

🥝 Partagez nos articles avec le #CultureNutrition

Un article rédigé avec Clémence Besombes, assistante chef de projet. Merci à elle !

A propos de l'auteur

Elise

Diététicienne-Conseil. Mes domaines de prédilection : la santé et plus particulièrement la nutrition clinique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture Nutrition

GRATUIT
VOIR