Aliments

Huiles santé : à la rencontre du fondateur de la marque Quintesens

Juliette
Écrit par Juliette

Nous le savons, les huiles santé sont en vogue (article du 25 janvier 2012). La société Biofuture a créé il y a 2 ans la gamme Quintesens, constituée de différentes huiles destinées à répondre aux besoins spécifiques de différentes catégories de population : bébés, femmes enceintes, séniors… L’offre de produits et les packs ont été revus récemment. Nous sommes partis à la rencontre de Sébastien Loctin, co-fondateur de la marque, qui a bien voulu partager avec nous les raisons de cette récente refonte.

Culture Nutrition : Pouvez-vous présenter la société Biofuture et la marque Quintesens ?

Sébastien Loctin : Après avoir travaillé une dizaine d’années chez Lesieur, je suis devenu papa et ai alors été confronté à toutes les questions qui font partie du quotidien des jeunes parents. Quels corps gras donner à mon enfant ? Comment lui apporter tous les nutriments dont il a besoin ? Comment faire pour passer d’un lait maternel parfaitement adapté à une alimentation équilibrée ? C’est à ce moment que j’ai réalisé que le marché ne proposait pas de mélanges d’huiles simples et complets répondant réellement aux besoins nutritionnels des bébés. Nous avons alors travaillé avec l’Institut des Corps Gras pour fabriquer cette huile idéale. Nous avons également travaillé avec eux à l’élaboration d’huiles spécifiquement pensées pour d’autres cibles aux besoins spécifiques : les femmes enceintes et les plus de 50 ans. Voilà comment est née l’idée de Biofuture, montée en association avec un ami issu du secteur du baby-food.

 

Culture Nutrition : Vous avez récemment revu votre offre de produits. Pourquoi ? Quelles modifications principales avez-vous effectuées ?

Sébastien Loctin : Au lancement de nos huiles, nous n’avons pas pu certifier nos produits Bio à cause de la présence de DHA, un Oméga 3 issu de la pêche sauvage donc non certifiable. Nous aurions pu simplement retirer le DHA de notre formule et ainsi obtenir le précieux sésame AB. Mais nous étions animés par le désir profond de fabriquer le meilleur des corps gras pour les bébés. Et sans DHA, dont les bienfaits sont reconnus par l’EFSA sur le cerveau et la rétine du bébé, notre dessein n’était pas complètement abouti. Nous sommes restés fidèles à nos convictions et avons décidé de constituer, avec l’aide d’Ecocert, une demande de dérogation auprès du Ministère de l’Agriculture et de la Pêche. Financièrement exsangues, nous avons, en attendant leur réponse, lancé nos produits en GMS, sans certification AB. Après 18 mois d’efforts, sur dérogation ministérielle, nous avons pu faire certifier nos mélanges par Ecocert. Fort du label AB, nous avons décidé de quitter la GMS pour nous lancer en magasins Bio, un circuit plus légitime pour une jeune marque engagée comme la nôtre. Nous avons profité de ce repositionnement pour combler les « instants de vie » manquants dans notre gamme avec une huile pour les enfants et une huile pour les jeunes adultes. Nous proposons désormais des huiles pour chaque âge de la vie.

Nos packagings ont aussi évolués pour répondre aux attentes des circuits Bio et permettre aux consommateurs une meilleure compréhension des bienfaits de chaque huile. La place étant réduite sur une étiquette, il nous a fallu hiérarchiser les messages clés tout en veillant à conserver un discours simple et pédagogique. Nos nouveaux packs sont aussi plus modernes, plus élégants, et véhiculent davantage la naturalité de nos produits. L’entrée se fait par la catégorie de consommateurs, grâce à des visuels sans équivoque. Le recto de l’étiquette permet ensuite de comprendre « ce que c’est », « comment c’est fait » et enfin « ce que ça apporte à ma santé ».

L’accueil par les consommateurs et les distributeurs a dépassé nos espérances ! Les consommateurs comprennent la spécificité de nos huiles et nous devrions être présents dans près de 300 magasins Bio à la fin de l’année. Notre pari de « proposer une alternative santé pleine de bon sens » est en passe de réussir !

 

Culture Nutrition : Quels sont vos produits phares ?

Sébastien Loctin : L’huile [50+] et l’huile [bébé]. Les séniors sont une cible qui a du temps et une culture de l’alimentation naturelle. Ils sont aussi davantage concernés par les problématiques santé. Enfin, ils sont nombreux et disposent d’un pouvoir d’achat élevé. Les jeunes parents, eux, veulent clairement ce qu’il y a de meilleur pour leur bébé. Ils veulent que leur enfant mange mieux que nous et qu’il se construise sur une alimentation saine, naturelle, complète, équilibrée. Ils veulent mettre leur bébé à l’abri des déficits courants que les bilans santé dénoncent régulièrement. Enfin, il est très simple de comprendre qu’un bébé a des besoins spécifiques qui nécessitent une alimentation adaptée.

 

Culture Nutrition : Comment adaptez-vous la communication envers les différentes cibles ?

Sébastien Loctin : Nous avons autant de cibles que de produits. Nous devons donc nous fixer des priorités. Au lancement, nous avons décidé de nous concentrer sur les plus de 50 ans et les jeunes mamans. Pour les atteindre avec nos moyens limités, nous favorisons les partenariats et faisons beaucoup de relations presse, en particulier auprès des blogueurs. Le marketing digital fonctionne très bien auprès des jeunes mamans (page Facebook, jeux concours, infos pratiques…). Nous achetons également de l’espace presse mais dans des revues très spécialisées (circuit bio, séniors…). Nous aimons aussi aller directement à la rencontre de nos consommateurs lors d’évènements leur étant dédiés, comme le salon Baby ou celui des séniors. Des actions énergivores et chronophages mais qui, mises bout à bout, portent leurs fruits et construisent une relation privilégiée avec nos consommateurs.

 

Culture Nutrition : Communiquez-vous auprès d’autres cibles que le grand public ? Comment et pourquoi ?

Sébastien Loctin : Les professionnels de santé sont une cible importante pour nous. Ils comprennent parfaitement l’intérêt de notre démarche. Il arrive d’ailleurs souvent qu’ils recommandent nos huiles à leurs patients. Après tout, nous avons mis en bouteille leurs recommandations : varier les huiles (bio), les mélanger et adapter nos apports à les besoins selon notre âge ou notre condition. Nous ciblons pour le moment en priorité les nutritionnistes en participant à quelques grands rendez-vous comme Diétécom ou l’AFDN. Nous participons également au salon de la naturopathie. Les professionnels de santé réservent un excellent accueil à nos produits.

 

Culture Nutrition : Selon vous, quel est l’avenir des huiles santé en France ? Dans les autres pays ?

Sébastien Loctin : Je suis convaincu que l’avenir de l’huile continuera à passer par la santé, comme cela a toujours été le cas. Souvenons nous qu’après guerre, l’argument publicitaire de l’huile d’arachide était « Bonne pour la cuisine et la santé ». Dans les année 70, l’huile de tournesol a pris le relais en construisant sa réputation  sur la promesse de la « légèreté » (au point de voir s’envoler le fameux professeur tournesol de Fruit d’Or). Depuis 1990 nous assistons au boom de l’huile d’olive que les industriels nous vendent comme une huile quasi miraculeuse en s’appuyant sur les bienfaits du régime crétois. Le terme « huile santé » est devenu un pléonasme ! Sur les corps gras, la santé reste et restera un argument clé. Le contenu de la promesse devra en revanche évoluer. Avec Internet, les consommateurs ont accès à un niveau d’information que nous n’avions pas il y a 10 ans. La règlementation elle aussi évolue et se durcit, notamment d’un point de vue allégations santé. Les promesses abusives telles que celles mises en avant sur l’arachide, le tournesol puis l’olive seront davantage challengées et ne seront plus autorisées. C’est une excellente chose. Cela nous poussera à proposer des produits toujours plus sains, plus complets, plus équilibrés, à travers une communication plus pédagogique, plus sincère et plus juste.

En ce qui concerne notre segmentation par « instants de vie », nous sommes confiants dans sa capacité à se développer à l’international. Notre segmentation par âge est universelle tout comme l’est la volonté des mamans d’offrir le meilleur à leur bébé. L’excellent démarrage de notre huile bébé en Allemagne le confirme.

print

A propos de l'auteur

Juliette

Juliette

Consultante chef de projet Nutrikéo - Mes domaines de prédilection : stratégies d’adaptation au règlement allégations, éducation thérapeutique du patient, maladies cardiométaboliques…

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This