Communication

Confinement et dénutrition, comment éviter un effet boule de neige ?

Camille Eridia
écrit par Camille Eridia

En France, les personnes âgées de plus de 65 ans représentent 20% de la population, soit près de 13 400 000 d’habitants. Avec les mesures de confinement liées à l’épidémie du Covid-19, les problématiques de dénutrition augmentent. Ces sujets à risque, assignés à domicile, ont plus de difficultés à s’approvisionner en nourriture. De plus, le suivi est plus compliqué à poursuivre. Par conséquent, les soins qui pourraient être prodigués peuvent ne pas être administrés. Face à cet enjeu de santé publique, les entreprises se mobilisent ! Les solutions apparaissent pour que la dénutrition ne s’installe pas chez les plus fragiles.

Dénutrition, à quoi s’attaque-t-on ?

D’après la Haute Autorité de Santé, la dénutrition touchait 4 à 10% des personnes âgées vivant à leur domicile. Et ce, avant le coronavirus. Mais alors qu’est-ce que c’est exactement ? Etat pathologique, la dénutrition est caractérisée par un déséquilibre de la balance énergétique. L’organisme ne reçoit pas l’apport nutritionnel suffisant à ses besoins. En gériatrie, on va parler plus précisément de « malnutrition protéino-énergétique », c’est-à-dire une carence en protéines et énergie, parfois en vitamines et oligo-éléments. Ces troubles sont endogènes (besoins énergétiques trop importants), ou exogènes (apports énergétiques trop faibles).

On observe plusieurs facteurs de risques :

  • Des troubles de l’appétit donc une alimentation insuffisante
  • Une résistance à la renutrition nécessitant de l’anticipation et de la prévention
  • Une diminution progressive de la masse maigre au profit de la grasse.

Malheureusement, si la dénutrition n’est pas soignée, on assiste à une réaction en chaîne provoquant l’apparition d’autres pathologies. Notamment le développement d’infections respiratoires, mais aussi : amaigrissement, déficit immunitaire, troubles psychiques, ect. Il devient vital d’agir vite.

Face au danger, les soldats interviennent

Accentuer la prévention par une approche pédagogique

Avoir les bonnes informations, c’est déjà un premier pas pour adopter les bons comportements pour faire face à la dénutrition. D’autant plus, qu’on a le temps de lire ! Sur son site, le collectif de lutte contre la dénutrition crée en 2016 à l’initiation du Professeur Eric Fontaine, publie une série d’articles pour aider à s’informer, prévenir et agir. Adapter son régime alimentaire pour parer à l’éventualité d’une maladie infectieuse, profiter du confinement pour se consacrer à la cuisine, manger pour accélérer sa guérison… Tels sont les conseils à suivre.

Continuer d’accompagner au quotidien

Alim’Age, projet collaboratif porté par l’association Valorial lancé avant le confinement, continue d’intervenir malgré la situation inédite. Déployés dans le Grand Ouest, c’est plus de 900 professionnels (aides à domicile, accompagnants en établissements et services médico-sociaux, agents administratifs) qui interviennent auprès des plus fragiles.  L’objectif ? Permettre aux personnes âgées en perte d’autonomie à domicile, de rester actives dans leur propre alimentation pour empêcher la dénutrition de subvenir.

Faciliter l’accès à l’alimentation

Dans le cadre du confinement imposé par la lutte contre le coronavirus, l’approvisionnement alimentaire est parfois compromis pour cause de mobilité réduite ou impossible. De nombreuses municipalités se mobilisent pour étendre les ayant droits des services de livraison de repas à domicile. Certaines pensent même au moral de ces personnes fragilisées par l’isolement, un facteur parfois aggravant sur l’état de l’appétit. Pour cette raison, la Ville de Bordeaux a choisi d’offrir le journal Sud-Ouest à tous les bénéficiaires du portage alimentaire.

Appel à la solidarité de tous

L’association Voisins Solidaires, en partenariat avec le Collectif de Lutte Contre la Dénutrition, AG2R La Mondiale et le Ministère de la Cohésion des Territoires, a lancé un signal d’alarme quant à la crise sanitaire silencieuse qui se prépare : la dénutrition. Pour tenter d’y remédier au mieux, ils ont mis au point collectivement un kit de solidarité comprenant : une affiche, des tracts, un panneau et un annuaire des voisins ainsi qu’un guide de bonne pratique. Des outils qui aideront à faciliter et organiser cette solidarité de voisinage.

 

Un ensemble d’actions, des plus simples aux plus techniques, sont mises en place chaque jour pour aider les plus démunis dans cette crise sanitaire inédite. L’objectif immédiat : éviter la multiplication des cas de dénutrition chez les personnes âgées à domicile, qui pourrait avoir de lourdes conséquences par la suite. Les professionnels, experts en santé et nutrition, ont eux aussi un rôle à jouer. Des services de livraison développés par les acteurs de la grande distribution ? Des kits ou box de produits alimentaires adaptés ? Il nous tarde de découvrir les prochaines initiatives, dans le respect des mesures de sécurité du gouvernement.

 

Source : Insee, 1er janvier 2019

 

A propos de l'auteur

Camille Eridia

Camille Eridia

Consultante Relations Presse, elle jongle entre la presse papier, les web médias et l’influence

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This