Aliments

Les entreprises de la restauration collective face au gaspillage alimentaire

gaspillage alimentaire
Ophélie Perdrieau
Écrit par Ophélie Perdrieau

Objectif phare de la loi Agriculture et Alimentation, la lutte contre le gaspillage alimentaire est un sujet sur lequel le monde agroalimentaire planche activement. L’ADEME chiffre à 16 milliards d’euros ce gâchis, estimé à 30 kg d’aliments par habitant par an.  Pourquoi et comment la restauration collective peut s’inscrire dans cette problématique ?

Un coût économique et environnemental

Côté restauration hors domicile, le gaspillage alimentaire s’élève à 3 milliards d’euros perdus. Ceci équivaut à 10 tonnes d’aliments jetés chaque année pour un collège de 500 élèves. Soit 170 grammes de nourriture par jour pour par personne. Le gaspillage alimentaire pèse également dans la balance carbone. Elle affiche une contribution à hauteur de 3 % des émissions de CO2 annuelles en France.

Un contexte réglementaire qui évolue

La France est un des premiers pays au monde à voter en 2016 pour une législation forte contre le gaspillage alimentaire. En 2018, elle renforce son engagement avec la loi Egalim. Deux dispositions sont envisagées :

  • La possibilité d’emporter les aliments et boissons non consommés sur place avec la mise à disposition obligatoire de contenants réutilisables ou recyclables.
  • L’intensification des actions avec la possibilité pour les acteurs de la restauration collective et les industriels agroalimentaires de faire des dons alimentaires.

Ces initiatives s’inscrivent d’ailleurs dans le projet de loi antigaspi voté récemment au Sénat.

Des initiatives innovantes pour les acteurs de la restauration collective

Cet article est réservé aux abonnés premium. Connectez-vous si vous avez un compte. Sinon, découvrez notre offre premium.

print

A propos de l'auteur

Ophélie Perdrieau

Ophélie Perdrieau

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This