Aliments

Interview – le chanvre, un ingrédient qui revient de loin

Chanvre, hemp
Laura
Écrit par Laura

Read this article in English

La filière du chanvre était très présente en France auparavant mais la réglementation sur les stupéfiants a restreint ses voies de valorisation. Le chanvre alimentaire a désormais la côte d’un point de vue nutritionnel. Les graines de chanvre peuvent être utilisées telles quelles ou être transformées en ingrédient voire en produit fini.

Ananda & Cie est une association qui existe depuis 2001. Producteur mais aussi transformateur en agriculture biologique, cette entreprise au cœur de la chaîne de valorisation du chanvre voit dans la consommation de cette graine de nombreux intérêts. Nous avons pu échanger directement avec le fondateur.

Dans quelle dynamique est née Ananda & Cie ?

Le chanvre présente un réel potentiel. Dès la fin des années 90, on voit des pionniers développer des farines ou des huiles à partir des graines pour leurs vertus nutritionnelles. Dans la dynamique de la filière chanvre en France nous avons d’abord travaillé en association pour l’achat d’une presse à huile et de fil en aiguille nous avons installé nos systèmes de transformation à Lyon afin de produire en plus grosse quantité.

Quel est l’intérêt nutritionnel de ces produits chanvrés ?

Le premier bénéfice santé majeur est leur richesse en protéines qu’on retrouve concentrées dans la farine et la purée. La diversité des acides aminés essentiels présents mais aussi leur assimilation fait du chanvre une source de protéines de qualité. De plus le chanvre présente un ratio oméga 3/oméga 6 intéressant que l’on retrouve uniquement dans les poissons gras et nulle part ailleurs dans le monde végétal. Il est aussi une bonne source d’acide gammalinéoléique présent dans le lait maternel.

À partir de la farine et de l’huile, vous vous êtes diversifiés. Quels types de produits commercialisez-vous aujourd’hui ?

Il y a différents degrés de transformation à partir de la graine. Au début, nous vendions même la graine de chanvre telle quelle en conseillant aux clients de la torréfier ou bien de l’ajouter au sel pour en faire un gomasio. Seul un public très restreint prend le temps de travailler lui-même la graine nature, nous avons donc décidé de torréfier les graines nous-mêmes, puis de faire des produits comme le Canna’Sel ou le Canna’Sucre qui répondent aux attentes des consommateurs. Nous sommes également depuis 2 ans producteurs de purée d’amandes de chanvre, qui peut être incorporée dans les préparations ou utilisée comme base. Son avantage est qu’elle possède les intérêts nutritionnels de la farine mais aussi ceux de l’huile. Prochainement nous pensons développer des flocons à partir de graines de chanvre torréfiées pour le petit déjeuner.

Comme nous sommes à la fois transformateurs et producteurs nous travaillons également avec d’autres entreprises qui formulent des produits avec notre chanvre. Nous tenons cependant à nous associer à des partenaires locaux pour des raisons éthiques. Il y a par exemple Gonuts, qui développe des barres de céréales pour sportif. Mais aussi, Konoï crèmerie végétale qui propose des glaces à partir de nos graines. En boulangerie également, le Pain des Potes incorpore nos graines à ses gammes de produits.

Les voies de valorisation du chanvre ne se restreignent pas à l’alimentation, il faut être conscient qu’il peut également être utilisé pour les textiles ou encore les cosmétiques. Nous travaillons d’ailleurs avec une savonnerie qui fabrique des savons à partir de l’huile.

Y a-t-il des freins liés à la réglementation pour le chanvre alimentaire en France ?

La plante n’est pas reconnue dans sa globalité en France, seuls les graines de chanvre et les tiges sont commercialisables. La fleur, qui pourrait être source d’une huile essentielle très intéressante est théoriquement illégale. Je dis théoriquement car on voit aujourd’hui une multitude de brasseries qui l’utilisent pour faire des bières au chanvre en la présentant comme « le prolongement des tiges ».

D’autre part, en France, seules certaines variétés sont utilisables comme chanvre alimentaire. La fédération nationale des producteurs de chanvre restreint les variétés car il ne faut pas que les produits contiennent plus de 0,2% de THC. Seulement, certaines variétés interdites produisent des graines plus riches en nutriments et donc plus intéressantes d’un point de vue nutritionnel. Il y a donc une perte du potentiel du chanvre.

D’après votre expérience, quels types de consommateurs sont les plus attirés par votre produit ? Et est-ce que cette cible a tendance à se développer ?

Au début nos clients étaient souvent connaisseurs du chanvre, ou alors ils cherchaient des produits plus originaux pour leur alimentation. C’est vrai que ça a un côté « fun » pour certains consommateurs ! Maintenant nos acheteurs recherchent souvent une autre source de protéines que la viande, ou bien une source d’oméga 3. Il y a des végétariens, des sportifs, des curieux ou des personnes qui souhaitent bien s’alimenter avec des produits de qualité. Le chanvre est aussi intéressant lorsque l’on cherche à avoir un régime sans gluten. La plupart du temps on se fait connaître par le bouche-à-oreille : notre clientèle apprécie notre éthique et notre démarche.

Le nombre de clients a clairement augmenté ces dernières années, bien que le chanvre reste un marché de niche. D’une part parce que nous sommes de plus en plus connus dans notre région, mais aussi parce qu’il y a eu une forte médiatisation de l’intérêt des oméga 3 pour la santé. Les naturopathes ont même reconnu l’huile de chanvre comme une huile thérapeutique. Bien que cette « crise médiatique » soit passée, c’est maintenant les protéines végétales qui ont la côte et la graine de chanvre attire également pour cette raison. Notre positionnement sur le marché du biologique est également un atout car ce marché est en hausse constante.

Dans quel réseau de distribution peut-on retrouver vos produits ?

Tous nos produits ont le label ECOCERT, nous distribuons essentiellement via les magasins bio de notre région. Nous travaillons déjà avec des Biocoop et les magasins Satoriz. Nous cherchons aussi à aller à la rencontre du consommateur en multipliant notre présence sur les foires et les salons en lien avec l’agriculture biologique.

Une idée de recette coup de cœur ?

Je ne conseillerai pas de recette en particulier. Le chanvre est un ingrédient qui peut être incorporé pour donner du goût à notre cuisine classique. Tout est question de dosage, prenez par exemple une pâte brisée traditionnelle, ou bien des galettes bretonnes, vous pouvez ajouter jusqu’à 25% de farine de chanvre pour donner un léger goût de noisette. Ceux qui ont l’habitude d’incorporer le chanvre, ont même souvent du mal à revenir à des préparations classiques, ils ont très souvent le sentiment que celles-ci sont fades et moins nourrissantes !

Retrouvez plus d’informations sur le marché prometteur des dérivés du cannabis.

print

A propos de l'auteur

Laura

Laura

Consultante-Chef de Projet chez Nutrikéo.
Mes domaines de prédilection : nutraceutique, marketing agroalimentaire, alimentation durable, innovations en alimentation...

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This