Aliments

Fleury Michon : « -25% de sel » sur l’ensemble de ses références en charcuterie d’ici 2020

Fleury Michon : réduction de sel au rayon charcuterie
Yousrane Dramé
Écrit par Yousrane Dramé

Read this article in English

Si l’ANSES a fixé en 2017 des niveaux maximaux de consommation de sel à hauteur de 8g/j pour les hommes et 6.5g/j pour les femmes, l’étude INCA 3 (Rapport d’expertise collective, 2017) démontre qu’ils atteignent en moyenne 9g/j chez les hommes et 7g/j chez les femmes. Depuis plusieurs années, Fleury Michon a donc initié une démarche de réduction du sel dans ses différents produits. C’est d’ailleurs le premier industriel a avoir proposé une gamme de charcuterie avec -25% de sel en 2002.

Pour qu’un produit puisse porter l’allégation « -25% de sel », il doit contenir 25% de sel en moins par rapport à la moyenne du marché.

L’objectif de Fleury Michon

La marque veut faire passer l’intégralité de ses charcuteries, soit 180 références, à -25% de sel d’ici 2020. Une annonce qui répond à la publication d’un rapport parlementaire visant à inciter le secteur de l’agroalimentaire à mettre moins de sel, moins de gras, moins de sucre et moins d’additifs dans ses produits. Le changement se fera en trois étapes pour le numéro #1 des ventes de jambon en grandes surfaces en France :

    • 64 références dès le mois d’octobre
    • 80% de l’offre en avril
    • les derniers 20% en 2020

L’industriel souhaite parvenir à cette réduction de sel sans recours aux additifs comme les arômes ou les exhausteurs de goût. La marque utilise des bouillons de légumes, des fonds de viande et des herbes aromatiques lors de la cuisson de ses jambons pour obtenir des produits moins salés mais ayant toujours du goût. Le groupe Fleury Michon estime que le jambon à teneur réduite en sel pourrait être le nouveau standard très prochainement.

Grâce à cette transformation dans la composition de ses produits, un bon nombre d’entre eux passeront de C à B dans le Nutri-Score sur l’étiquetage.

Nutri-Score sur le jambon Fleury Michon

Ce discours de transparence n’est pas partagé par l’ensemble de la profession, ce qui a amené le groupe à quitter la fédération des industriels de la charcuterie à laquelle il reproche de ne pas assez encourager la montée en gamme du secteur. Le groupe a pris cette décision après la prise de position publique de la fédération contre le Nutri-Score. Fleury-Michon déclare s’engager en faveur du « bien manger », dans le développement des filières de qualité (BIO, Label Rouge…) ainsi que dans l’innovation en matière de santé (réduction des additifs et du sel). C’est pour cela que la marque propose, dès ce mois d’octobre, des pâtes et des röstis de légumes dont une partie se déclinera même en bio pour favoriser une alimentation saine et équilibrée.

print

A propos de l'auteur

Yousrane Dramé

Yousrane Dramé

Chargée de communication
Mes domaines de prédilection : marketing et communication digitale, création web et stratégies social media

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This