Tendances

Diversification menée par l’enfant : la tendance babyfood qui monte

diversification menée par l’enfant culture nutrition
écrit par Ombeline

Nous vous en parlions déjà il y a 1 an. La diversification menée par l’enfant, ou DME pour les intimes, est une pratique encore très anglo-saxonne qui consiste à laisser davantage d’autonomie à l’enfant dans la découverte de nouveaux aliments. Où en est-on aujourd’hui ?

Le béaba de la DME (diversification menée par l’enfant)

Des morceaux à découvrir avec ses doigts 

Le principe de la DME, appelée également diversification autonome ou encore diversification consciente, consiste à introduire une alimentation solide plus précocement dans la grande aventure de la diversification alimentaire. Concrètement, on troque les purées lisses données à la cuillère par des morceaux d’aliments, généralement cuits, ni trop mous ni trop durs, que bébé prendra avec ses doigts. Naturellement, l’enfant va les sucer, ronger, rogner… même s’il n’a pas de dents !

Les pédiatres recommandent d’attendre que l’enfant se tienne bien droit assis sur une chaise, soit généralement pas avant 6 mois.

Des avantages (presque) incontestés

Mais pourquoi donc chercher à empirer le relooking de la cuisine ?

La diversification menée par l’enfant présente de nombreux avantages :

  • Elle permet d’éviter certains blocages alimentaires pouvant mener à des situations de conflit, de forçage, et plus tard les néophobies alimentaires
  • Elle favorise le développement des mâchoires, du palais et la sortie des dents
  • Et ainsi l’apprentissage de la mastication, du langage et une bonne coordination de la déglutition
  • Elle permet une meilleure respiration nasale
  • Elle respecte le rythme et l’appétit de l’enfant qui se « régule » tout seul
  • Grâce à cet apprentissage précoce de la satiété, le risque de surcharge pondérale plus tard est amoindri
  • La DME, c’est aussi le plaisir de découvrir, choisir et s’approprier les aliments
  • … et de partager un moment avec le ou les parents qui accompagne(nt) l’enfant dans son repas, l’imiter, s’amuser
  • L’enfant se responsabilise plus tôt, développe son amour-propre, est plus habile de ses mains
  • Et enfin, c’est un formidable levier d’éveil de tous les sens : couleurs, odeurs, goûts, textures… il en prend plein les yeux, les mains, la bouche, le nez !

Le seul inconvénient, à part la nécessité de prendre plus de temps pour le repas et de nettoyer plus souvent sa cuisine, c’est le risque de fausse route. Pour l’éviter, il faut évidemment toujours entourer l’enfant pendant son repas, vérifier qu’il ne prend pas des morceaux trop gros, ne pas perturber son repas. Mais l’enfant de moins d’un an a aussi un fort réflexe de nausée dans la partie antérieure de sa bouche. Peu à peu, à force d’entraînement, ce réflexe se déplace vers l’arrière, stimulant la régurgitation s’il prend un morceau trop gros. Prudence mais pas de panique donc !

2 marques françaises qui sortent leur épingle du jeu

Cela fait plusieurs années déjà que des marques anglaises ou américaines comme Kiddylicous (groupe Lotus Bakeries), Organix ou HappyBaby (Happy Familiy) se positionnent sur cette tendance. Galettes de riz, sticks veggie, « pastilles » de yaourt lyophilisé fondantes en bouche, bâtonnets de céréales soufflées… il y en a pour tous les goûts… et toutes les formes !

En France, les marques d’alimentation infantile sont bien plus timides sur le sujet.

Mais 2 acteurs ont déjà une bonne longueur d’avance : Yooji et Good Goût.

Le premier avec des bâtonnets de légumes à saisir, à consommer à partir de 12 mois.

Le second avec une gamme un peu plus large, plutôt positionnée snacking. Au programme :

  • Galettes de riz aux fruits ou légumes
  • Mini-baguettes / gressins aux légumes
  • Biscuits ronds en forme d’anneau
  • Biscuits aux céréales et fruits carrés

Et les 2 petits nouveaux :

  • Des biscuits en forme d’animaux… en voie de disparition ! La marque s’est associée avec la Fondation Good Planet pour ce produit dont 5 % des bénéfices sont reversés à un programme de sauvegarde des éléphants au Botswana. On s’amuse, on se fait les dents et on sauve la planète avec 40 % de sucre en moins que les autres biscuits infantiles du marché. Que demander de plus ?
  • Les biscuits formes & couleurs : des gâteaux de différentes formes géométriques et couleurs, inspirés de la méthode Montessori. La marque communique carrément sur cette célèbre méthode sur son pack, une première !

Quelle sera la prochaine marque de babyfood à explorer le marché de la diversification autonome ?

Il y a probablement d’abord du chemin à faire pour démocratiser cette pratique sur l’hexagone, en commençant par y sensibiliser les professionnels de la petite enfance !

Crédits photos: #335069953– ©Viktor Kochetkov – stock.adobe.com

🥝 Partagez nos articles avec le #CultureNutrition

A propos de l'auteur

Ombeline

Directrice de Pôle chez Nutrikéo - Mes domaines de prédilection : la durabilité et les stratégies RSE.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture Nutrition

GRATUIT
VOIR