Aliments

D’aucy invite à construire une gamme de légumes « en conversion bio »

conversion bio d'aucy
Alexia
Écrit par Alexia

La conversion au bio. Une démarche pour de nombreux agriculteurs et industriels, toute filière confondue, qui s’inscrit dans une transition agro-écologique en marche. Seule ombre au tableau, tout ne peut pas changer du jour au lendemain, et face à l’urgence écologique, le consommateur se montre, à juste titre, exigeant et pressé quant à une nouvelle offre alimentaire, plus saine et plus durable.  

D’aucy met la main à la pâte et prouve son investissement dans le développement de pratiques agricoles plus respectueuses de l’environnement depuis plus de 10 ans. Et ce dans l’objectif de tisser une relation de confiance entre agriculteurs et consommateurs autour du mieux produire pour le mieux vivre. Depuis 2011, le groupe dispose de fermes pilotes qui testent des solutions alternatives innovantes en matière de biodiversité ou de protection et de nutrition des plantes. Puis en 2012, la première gamme de légumes bio de la marque d’aucy, cultivés en plein champ, est lancée.

Aujourd’hui, c’est un vrai pas en avant, la marque tient à accélérer sa transition AVEC le consommateur lui-même. D’aucy mise ainsi sur une nouvelle approche : sensibiliser le consommateur et l’inviter à construire lui-même le cahier des charges des légumes « en conversion bio ».

Miser sur la transparence et la sensibilisation du consommateur

« Nous sommes des agriculteurs-coopérateurs engagés depuis plusieurs années dans l’agriculture biologique en France. Pourtant, toute notre production n’est pas 100 % bio… ».

C’est le message communiqué sur leur plateforme dédiée « daucycestvousaussi » à cette nouvelle démarche.

« Le bio, tout le monde en parle mais peu savent ce que cela implique réellement. On ne pourrait pas s’engager à cultiver 100 % de notre production en bio, là, tout de suite. Parce que ça prend du temps, implique d’importants changements de nos méthodes de travail, de coûts de production, de rendements… etc. Alors même si on le voulait, cela ne se fait pas du jour au lendemain. »

Une parole sage et honnête qui démontre bien la difficulté des filières à transformer leurs modèles, mais qui prouve aussi que cela est possible. Une marque de transparence dont a besoin aujourd’hui le consommateur. Avare de promesses autour du « sain et durable » certes, mais il souhaite également qu’on lui parle, tout simplement. Inviter le consommateur à être acteur de son alimentation raisonnée

Inviter le consommateur à être acteur de son alimentation en conversion bio

C’est ici que se trouve le cœur de l’initiative : inviter le consommateur à construire lui-même le cahier des charges des légumes « en conversion bio ».

Un peu sur le même ton que les marques comme « C’est qui le Patron », l’objectif est de redonner du pouvoir au consommateur.

conversion-bio

Sur cette plateforme de collaboration directe, chaque personne peut choisir certains critères en entrant dans la conception de la gamme (le légume en conversion, l’emballage, le lieu de vente, etc) mais aussi définir la part supplémentaire du prix qui soutiendra les agriculteurs pendant les 3 ans nécessaires à la conversion au bio. Cette gamme de légumes « conversion » devrait voir le jour cet automne après la récolte et mettra à l’honneur des légumes qui étaient jusqu’alors présentés en magasins comme étant conventionnels et au même prix, alors qu’ils ont été cultivés selon le cahier des charges bio, plus contraignant et représentant ainsi plus de risques et d’investissements pour les agriculteurs.

 « Avec cette démarche inédite, nous permettons aux consommateurs de rentrer dans la vie de notre coopérative mais aussi de s’informer et de donner leur avis, tout en nous témoignant leur soutien » Kevin Thomazo, agriculteur et coopérateur d’aucy.

En somme, un très beau projet permettant de fédérer agriculteurs et consommateurs autour d’une ambition commune.

Pour en savoir plus sur le sujet, n’hésitez pas à consulter notre article sur le Slow Food !

print

A propos de l'auteur

Alexia

Alexia

Chargée de Communication et Développement chez Nutrikéo. Mes domaines de prédilection : programmes de santé publique, éducation alimentaire, innovation compléments alimentaires

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This