Aliments

Lactalis : après la crise du lait, la stratégie du retour se dessine

Lactalis lait infantile
Laura
Écrit par Laura

Read this article in English

9 mois après le scandale qui a secoué Lactalis, l’usine de Craon (Mayenne) est de nouveau mise en route. Loin de tourner à plein, elle permet de reprendre petit à petit la production de poudre infantile. Lactalis se redresse doucement de cette crise. Retour en trois points sur les stratégies diverses mises en place afin de pérenniser son développement et de passer outre cette secousse.

Un souffle nouveau sur les produits infantiles chez Lactalis

Le géant français a décidé de retirer définitivement des rayons la marque Milumel impactée dans cette affaire. Il se concentre désormais sur la marque Célia pour sa poudre de lait infantile. Cette marque était au préalable uniquement vendue à l’export, elle n’a donc pas subit une image ternie comme Milumel auprès des consommateurs. L’entreprise a par ailleurs restructuré ses forces de vente en France et confie à sa filiale Lactel la commercialisation des produits de nutrition infantile en grande distribution. Les autres marques impliquées dans l’affaire ne vont pas évoluer, Lémiel restera la marque référente pour le lait spécifique et la marque Picot fera son retour dans les pharmacies. Les MDD sont relayées au second plan pour le moment car Lactalis préfère se concentrer sur ses marques.

Un lancement sous surveillance accrue

À la suite de cette crise sanitaire, Lactalis assure avoir pris « toutes les mesures pour que cela ne se reproduise plus » dans ses usines. Le groupe a mis en place de nouvelles mesures d’hygiène, de contrôle et d’analyse et souhaite également renforcer la traçabilité à l’aide d’un QR code.

Acquisition et innovation pour soutenir le développement du groupe

Avec les marques qu’il possède déjà, Lactalis compte continuer son engagement sur le bio et communiquer sur la transparence et la qualité.  Le groupe innove en jouant sur les formats ou encore sur la tendance des produits mixés fruit et lait en nutrition infantile Lactel. De plus, bien que Daniel Jaouen directeur général de Lactalis affirme dans les Echos qu’il souhaite « d’abord valoriser le lait d’origine animale », sa marque Santal développe une nouvelle gamme végétale et gourmande au rayon frais.

Aussi, l’entreprise multiplie les acquisitions pour étendre son assise. Elle a, d’une part, investi dans le marché de la nutrition infantile en rachetant Aspen PharmaCare en Afrique du Sud. Et, d’autre part elle a souhaité s’implanter davantage aux Etats-Unis en faisant l’acquisition de Stonyfield, Karoun puis Siggi’s. Comme pour de nombreux autres grands groupes, l’acquisition de marques existantes ou de start-ups est une voie privilégiée pour s’adapter aux évolutions du marché.

La gestion de l’après-crise ne fait donc que commencer et il sera maintenant intéressant de suivre l’image de ces marques auprès du grand public et des prescripteurs.

A propos de l'auteur

Laura

Laura

Consultante-Chef de Projet chez Nutrikéo.
Mes domaines de prédilection : nutraceutique, marketing agroalimentaire, alimentation durable, innovations en alimentation...

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This