Nutrition durable

L’ADEME et INRAE dévoilent une nouvelle version d’Agribalyse

Agribalyse
La Rédaction
écrit par La Rédaction

L’ADEME, l’Agence de la transition écologique, et INRAE, l’Institut national de recherche pour l’agriculture, l’alimentation et l’environnement, ont présenté la nouvelle version d’Agribalyse. Le colloque Alimentation & Environnement a été l’occasion de dévoiler la mise à jour de cette base de données permettant de connaître l’impact environnemental d’un produit alimentaire.

La base de données Agribalyse au service de l’alimentation durable

Depuis 2009, l’outil Agribalyse est une base de données publique servant à mesurer les impacts environnementaux de notre alimentation grâce à des données de référence. Il est accessible aussi bien aux producteurs, qu’aux industriels et aux consommateurs afin de conduire la transition écologique de l’agriculture et de l’alimentation.

Les différents utilisateurs, quels qu’ils soient, peuvent désormais se renseigner sur les impacts environnementaux des produits agricoles bruts à la sortie de la ferme. Actuellement, 200 produits sont référencés. Mais aussi, ils peuvent en savoir plus sur les produits transformés prêts à être consommés. Ils sont aujourd’hui au nombre de 2 500.

« AGRIBALYSE® aide à construire une vision commune sur les enjeux environnementaux entre professionnels, consommateurs et acteurs de la société civile. Nous mobilisons régulièrement ces données. Elles nous ont notamment permis de montrer qu’une alimentation respectueuse de l’environnement et abordable économiquement est possible. »

Thomas Uthayakumar, Responsable du Programme Systèmes Alimentaires Durables, WWF France

Agribalyse s’appuie sur le cycle de vie d’un produit

Pour connaître l’impact environnemental des produits alimentaires, l’ADEME a travaillé en collaboration avec INRAE sur la partie agricole et des cabinets indépendants sur le volet transformation agroalimentaire et consommation. En effet, ensemble, ils ont travaillé sur une méthodologie s’appuyant sur l’Analyse du Cycle de Vie (ACV). Il s’agit d’une méthode notamment utilisée par la communauté scientifique, les acteurs privés et les pouvoirs politiques. Plus encore, selon Ecolab, c’est « la seule méthodologie d’évaluation environnementale normée, multicritères, multi-étapes et applicable à l’ensemble des secteurs économiques ». En effet, elle inclut toutes les étapes d’un produit, du champ à l’assiette, ainsi que les différents enjeux environnementaux qui y sont liés.

Cycle de vie d'un produit selon Agribalyse

Plus concrètement, ils ont pris en compte 14 indicateurs qui influent sur le cycle de vie d’un produit. Ces derniers ont été préconisés par la Commission Européenne dans le cadre du projet « Environmental Footprint ».

  • Changement climatique
  • Particules fines
  • Épuisement des ressources énergétiques, en minéraux et en eau
  • Usage des terres
  • Appauvrissement de la couche d’ozone
  • Acidification
  • Radiation ionisante
  • Formation photochimique d’ozone
  • Eutrophisation terrestre, marine et en eau douce
  • Toxicité : écotoxicité d’eau douce, toxicité humaine cancérigène et non cancérigène

Au service de l’amélioration environnementale des filières

Selon l’ADEME, 25 % de l’empreinte carbone des Français provient de l’alimentation. Ainsi, la base de données Agribalyse affiche trois volontés :

  • Aider l’ensemble des filières agricoles
  • Améliorer les systèmes de production
  • Réduire les impacts environnementaux

L’objectif principal est alors que l’ensemble des acteurs agricoles et agroalimentaires prennent possession de cet outil. En effet, les enjeux sont nombreux. En ce sens, Agrobalyse présente deux finalités. Tout d’abord, l’éco-conception pour améliorer les systèmes agricoles et agroalimentaires. Ensuite, l’éco-consommation pour informer les consommateurs sur l’impact environnemental de leur alimentation.

Vers un affichage environnemental ?

Le gouvernement et l’ADEME expérimentent actuellement différents dispositifs d’affichage environnemental sur les produits alimentaires. Le but est simple : évaluer les effets de ces méthodes sur les choix des consommateurs pour, in fine, les orienter « vers une consommation alimentaire plus respectueuse de l’environnement ».

C’est là que les données contenues dans Agribalyse entrent en jeu. En effet, ces expérimentations pourront s’appuyer sur elles pour connaître l’impact environnemental des différentes catégories de produits. Aujourd’hui, nous en retrouvons huit : les plats composés, les fruits et légumes, les viandes et poissons, les confiseries, les condiments, les boissons, les desserts et les produits laitiers.

« Grâce aux données objectives et homogènes d’AGRIBALYSE®, nous pouvons mieux répondre à la demande de transparence environnementale des consommateurs. Dans ce but nous développons des outils de calcul et des dispositifs d’affichage physiques et numériques sur des produits, en restauration et sur des recettes. »

Shafik Asal, Co-fondateur Etiquettable

Un article écrit avec Sophie Gonçalves, assistante chef de projet. Merci à elle !

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction

La rédaction de Culture Nutrition : une équipe de rédacteurs à l'affût de toutes les tendances nutrition-santé, pour vous partager au quotidien les dernières innovations des marchés Food, Nutra, Santé, mais aussi les dernières actualités en matière de communication, durabilité et business.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture Nutrition

GRATUIT
VOIR