Innovation Nutrition durable

Mushlabs, la nutrition du futur

Mushlabs
La Rédaction
écrit par La Rédaction

On vous présentait il y a quelques temps Meeti, une start-up utilisant le mycélium pour produire des substituts de viande. Ces racines de champignons intéressent de plus en plus le secteur de l’agro-alimentaire. C’est le cas de Mushlabs, une start-up berlinoise, qui souhaite créer la nourriture du futur.

Mushlabs souhaite donner du sens à l’alimentation

mushlabs mycelium

Les fondateurs de Mushlabs sont partis d’un constat : 1,3 milliard de tonnes de nourriture sont gaspillées par an dans le monde1. Pourtant, en observant la nature, ils se sont aperçus qu’il y a un endroit où tous les déchets sont recyclés : la forêt. Dans cet écosystème naturel, les nutriments sont recyclés par les décomposeurs des sols. En effet, les champignons créent un réseau mycélien immense, qui agit comme le système digestif des forêts.

Mushlabs décide donc d’utiliser le pouvoir des mycéliums. Ces derniers se nourrissent des « déchets » de l’industrie agro-alimentaire. Les mycéliums se développent ensuite pour former une biomasse nutritive.

Cela a donné des idées aux fondateurs de Mushlabs dont le but est de proposer des aliments plus sains et durables pour plaire autant aux omnivores qu’aux végétariens. Pour cela, leur R&D se focalise principalement sur le goût et le profil nutritionnel des aliments pour trouver des alternatives à la viande.

Le mycélium, un ingrédient durable

Mushlabs a décidé d’utiliser le pouvoir du mycélium, communément appelé “racines” des champignons. Ces dernières sont nourries grâce aux « déchets » de l’industrie agro-alimentaire, pour former ensuite cette fameuse biomasse. Grâce à une maîtrise de la chaleur, du CO2 et l’humidité, il est possible d’influencer le développement du mycélium. C’est dans cette maîtrise poussée que Mushlabs intervient.

La matière première obtenue est riche en fibres, protéines et micro-nutriments. Une base idéale pour créer des aliments tels que des substituts de viande. En effet, sa texture est fibreuse, proche du tissu musculaire, idéale pour les substituts de viande. De plus, l’impact environnemental est bien plus faible. Enfin, le mycélium se cultive dans des bioréacteurs verticaux.

Le mycélium est un ingrédient innovant et de plus en plus utilisé. Sa fonction de décomposeur permet d’upcycler les flux secondaires de l’industrie agroalimentaire. Prochaine étape pour Mushlabs : proposer ses produits à la vente.

1. Food and Agricultural Organization of the United Nations

Un article écrit avec Pauline Teppex, assistante chef de projet. Merci à elle !

A propos de l'auteur

La Rédaction

La Rédaction

La rédaction de Culture Nutrition : une équipe de rédacteurs à l'affût de toutes les tendances nutrition-santé, pour vous partager au quotidien les dernières innovations du marché.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture Nutrition

GRATUIT
VOIR