Business

Rencontre avec le directeur général de Jardins d’Occitanie et France Ginseng

Jardins d’Occitanie
Laura
écrit par Laura

Jardins d’Occitanie propose des compléments alimentaires à base de Ginseng 100 % français. Leur spécificité ? Une démarche filière inédite ! Revenons sur notre rencontre avec Sylvain Latapie, directeur général de France Ginseng et Jardins d’Occitanie.

Pouvez-vous nous présenter “Jardins d’Occitanie” en quelques mots ?

Jardins d’Occitanie est une aventure qui a commencé il y a 10 ans, née de la volonté d’apporter une alternative à la phytothérapie traditionnelle. Nous avons créé un complément alimentaire véritablement français basé sur une expertise des plantes médicinales, des molécules d’intérêts et plus largement de la phytothérapie.

Cette notion de véritablement français fait partie de nos fondements. Nous partons de la graine et allons jusqu’au produit fini. Tout est fait sur le territoire Français. C’est en opposition avec le French Washing qui est quelque chose qui me perturbe. On voit le drapeau français sur une multitude de produits alors que la matière première vient de partout dans le monde. Notre approche est différente car la matière première fait la qualité d’un produit et se doit d’être cultivée en France.

Jardins d'Occitanie agriculture

De plus, nous nous basons sur le cahier des charges de l’agriculture biologique française qui est un gage de valeur et de sécurité auprès du consommateur. En effet, la notion d’agriculture biologique n’est pas la même suivant les pays.

Depuis 10 ans on a lancé notre activité sur chaque étape de la chaîne, en commençant par la partie agricole. On a investi dans la recherche, pour faire des produits de qualité. Pour cela, on devait comprendre les plantes, les mécanismes de biosynthèse des molécules d’intérêts et les maîtriser pour garantir une teneur élevée en actifs, le tout de façon naturelle. Pour nous, un bon produit commence aux champs.

Nous avons aussi la volonté de proposer notre marque Jardins d’Occitanie aux pharmacies indépendantes. On fait le choix de leur apporter une certaine forme d’exclusivité.

Au final, vous êtes un peu le circuit court du complément alimentaire ?

Oui, on peut dire ça. On est en circuit court dans le sens où l’on va de la graine jusqu’au produit fini. Mais notre engagement est plus global, avec nos investissements dans la recherche.

En quoi répondez-vous aux attentes du consommateur d’aujourd’hui ?

On a eu des retours extrêmement positifs soit de clients BtoC ou BtoB qui ont vraiment confirmé les tendances déjà en place. Cela passe par un engagement plus clair, plus franc, au-delà des statistiques et des études de marché. Et cela vient du fait que les consommateurs ont pris conscience de l’importance de l’origine du produit que ce soit pour les compléments alimentaires ou d’autres secteurs. C’est notamment le cas avec la crise covid.

Votre produit immunité contient de la propolis et du ginseng. Comment fonctionnez-vous pour le sourcing de la propolis ?

Nous travaillons avec notre partenaire, un apiculteur français, qui a les mêmes engagements que nous, qui travaille avec le même cahier des charges.

Vous avez d’autres partenariats de ce type ?

Notre cœur de métier est le ginseng. Mais depuis quelques années nous développons de nouveaux produits avec des plantes types échinacée, coquelicot ou bleuet. Environ une quinzaine d’espèces de plantes médicinales. Nous avons les outils agricoles pour nous développer et notre connaissance de biosynthèse est transposable sur d’autres végétaux. C’est une force indéniable de pouvoir proposer d’autres produits et d’élargir la gamme.

Jardins d'Occitanie champs

Quel est le produit phare chez Jardins d’Occitanie et pourquoi ?

Notre produit phare est le Ginseng Rouge qui a nécessité deux ans de recherche et développement supplémentaire. Il a un côté très technique qui répond aux attentes des consommateurs. Nous avons aussi toute la justification scientifique derrière ce produit. Il a d’ailleurs remporté le prix d’innovation à Natexpo en 2019. Je pense que c’est un ensemble qui pousse le consommateur à se diriger vers ce produit.

ginseng rouge

Quelles sont les perspectives d’évolution de Jardins d’Occitanie ?

Nous sommes en pleine accélération, sur le plan commercial avec une présence plus large sur le territoire national. Mais aussi en termes de production avec des surfaces de Ginseng plus grandes.

Au regard de la crise Covid, pensez-vous que d’autres filières vont émerger ?

Je le pense et je l’espère. Faire émerger de nouvelles filières est un véritable combat administratif, économique et vis-à-vis de la concurrence. En effet, c’est une prise de risque très élevée. Au début on nous prenait pour des fous, on avait tout à prouver. Je pense qu’on va voir d’autres filières émerger, mais il faut du temps et des moyens importants à mobiliser. Finalement, avec le Ginseng ou d’autres productions, nous sommes dans la continuité de ce qu’a fait l’agriculture en France. C’est-à-dire aller chercher des semences ou des plants et les développer sur notre territoire. Ces dernières décennies c’était plus facile d’aller chercher ailleurs que de se lancer dans la production sur notre territoire. Mais ce modèle-là est remis en question. J’y crois beaucoup.

A propos de l'auteur

Laura

Laura

Consultante-Chef de Projet chez Nutrikéo.
Mes domaines de prédilection : les innovations en nutraceutique et les DNVB.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture Nutrition

GRATUIT
VOIR