Aliments Innovation

Intermarché : premier de la classe chez Yuka

Yuka-Intermarché
Océane
Écrit par Océane

Intermarché, enseigne française de grande distribution, décide de s’allier avec l’application Yuka. Avec 13 millions de téléchargements, cette appli de décryptage alimentaire est un franc succès. Les Français portant de plus en plus attention à la qualité de leur assiette, les entreprises agroalimentaires et de la distribution n’ont d’autre choix que celui de s’adapter. Pour survivre ?

Une collaboration avec Yuka pour avoir de meilleures notes

Comme mentionné dans notre article « Yuka : est-ce que ça marche ? », 95 % des utilisateurs de l’application disent avoir arrêter d’acheter certains produits à causent du mauvais score indiqué. Pour ne pas subir ces conséquences, le président d’Intermarché, Thierry Cotillard, a annoncé le 11 septembre 2019 qu’il souhaite reformuler 900 recettes pour avoir un meilleur score. En effet, en-dessous d’un score de 50/100, l’application propose des produits concurrents mieux notés. L’objectif d’Intermarché est donc d’être toujours supérieur à cette note. Afin d’informer les consommateurs sur les changements en cours, des codes-barres temporaires seront ajoutés. Grâce à ce système, les utilisateurs de l’application connaîtront, en temps réels, la nouvelle composition et la nouvelle note attribuée aux produits reformulés.

Quels sont les outils pour réussir ?

La reformulation passe principalement par la suppression d’additifs. Glutamate, dioxyde de titane, carbonate de magnésium, toutes ces molécules qui font polémique, seront éliminées. L’enseigne souhaite supprimer au total 142 additifs de ses recettes. Les fournisseurs sont donc largement mis à contribution pour trouver des alternatives à ces changements. Objectif : ne pas altérer le goût ou la texture. Un véritable challenge ! Ce changement a également un coût important puisque pour certains produits, c’est la matière première qui doit être modifiée.

Intermarché n’est pas le seul à se remettre en question face à Yuka

Vous vous en doutiez, mais Intermarché n’est pas le seul à être conscient que si ses produits sont mal notés par Yuka, les ventes risquent de s’en ressentir rapidement. Face à ce phénomène sociétal, les entreprises agroalimentaires sont alors obligées d’améliorer bon nombre de recettes. Quels sont leurs axes stratégiques d’amélioration nutritionnelle ?

Yuka-intermarché-fleury-michon

Fleury Michon et le jambon zéro nitrite

  • Gerblé retire le diphosphate de sodium dans certains biscuits
  • Knorr annonce une gamme de soupe sans sucres ajoutés, conservateur et exhausteur de goût
  • Bjorg réduit les sucres ajoutés et acides gras saturés dans les céréales
  • Michel et Augustin diminue de 49% la teneur en sucre de la citronnade
  • Fleury Michon lance un jambon zéro nitrite

Aujourd’hui, les entreprises sont tenues de proposer des produits clean label et performants sur le plan nutritionnel. Avoir un programme de rénovation nutritionnelle est devenue monnaie courante et fait partie de la stratégie marketing de nombreux acteurs agroalimentaires. Alors, qui a dit que la nutrition n’était plus une priorité ?

Cet article a été rédigé avec l’aide de Solène Freuchet, Assistante Chef de projet. Merci à elle !
print

A propos de l'auteur

Océane

Océane

Diététicienne - nutritionniste chez Nutrikéo. Mes domaines de prédilection : nutrition clinique, éducation thérapeutique du patient, formation

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This