Aliments Innovation Nutrition clinique

Foodini : l’imprimante 3D alimentaire se démocratise

Foodini
Charlotte
Écrit par Charlotte

C’est lors du Mobile World Congress que Natural Machines a présenté Foodini, son imprimante 3D alimentaire conçue pour les particuliers et la restauration collective qui peut y trouver une solution contre la dénutrition.

 

La première imprimante 3D alimentaire pour les particuliers

Grâce à ses 5 compartiments chauffants et équipés de puces électroniques, l’imprimante accueille les ingrédients en assurant leur identification. L’utilisateur peut donc remplir les cylindres en inox directement sans être dépendant de l’achat de cartouches.

L’imprimante utilise ensuite son bras mécanique pour récupérer les ingrédients dans chaque récipient, et les appliquer en couches successives. Les dessins apparaissent alors selon les paramètres choisis. La machine teste automatiquement tous les ingrédients pour calibrer l’impression, et s’adapter aux différentes textures et spécificités des aliments. Il est aussi possible de créer ses propres recettes grâce à la fonction « éditeur ». Voici une vidéo pour mieux comprendre le fonctionnement de ce nouvel appareil électroménager.

Commercialisée fin 2016, la Foodini est donc une petite révolution de par sa facilité d’utilisation, sa rapidité d’exécution et les possibilités de développement qu’elle offre. Compris entre 1 400 et 1 800 euros, son prix reste un frein pour le moment.

 

Les différentes applications possibles 

Aujourd’hui la véritable question tourne autour de l’intérêt réel d’une telle machine. Si certains y voient la possibilité de créer de nouvelles formes de pâtes, ou encore des pièces en chocolat toujours plus impressionnantes, nous y voyons un intérêt concret pour les problèmes de nutrition.

En effet, avec les avancées technologiques il sera bientôt possible d’imprimer des plats entiers adaptés aux besoins nutritionnels de chaque personne, en particulier des personnes souffrant de carences ou d’allergies. Et dès aujourd’hui il est possible de stimuler l’appétit en donnant une forme agréable aux aliments dont la texture est adaptée aux seniors, aux enfants ou à toute personne souffrant de difficultés à se nourrir. L’imprimante 3D peut être un moyen de lutter contre la dénutrition, les carences et l’isolement social en redonnant du plaisir lors des repas.

Nous vous parlions il y a quelques temps (article du 2 juin 2014) du projet PERFORMANCE, dirigé par la société allemande Biozoon, qui a été créée dans cette optique. L’imprimante propose des repas personnalisés où les aliments à texture modifiée retrouvent leur aspect d’origine.

 

On assiste bel et bien à une démocratisation des imprimantes 3D, une opportunité intéressante pour la problématique de la dénutrition !

print

A propos de l'auteur

Charlotte

Charlotte

Consultante chef de projet Nutrikéo - Mes domaines de prédilection : marketing et communication des aliments santé, restauration collective, nutrition sportive...

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This