Santé publique

Quelle contribution des compléments alimentaires à l’équilibre nutritionnel ?

écrit par Caroline

Commanditée par le Syndicat Des Compléments Alimentaires (SDCA) (qui, depuis, a fusionné avec Synadiet), une étude récente réalisée par le Crédoc, qui s’appuie sur l’enquête INCA2 menée par l’Afssa en 2007, nous éclaire sur la question…

Cette enquête, rappelons-le, avait montré que 15,7 % des adultes et 5,7 % des enfants étaient consommateurs de compléments alimentaires en 2007. Ces consommateurs, qui sont-ils ?

–   Quel que soit le type de compléments, les femmes sont significativement plus consommatrices que les hommes (22 % des femmes contre 8 % des hommes seulement) ;

–   Ils sont relativement jeunes : la majorité a entre 18 et 24 ans;

–  Ces consommateurs ont tendance à privilégier des groupes alimentaires « plus sains » (produits laitiers, céréales, poisson…) au détriment de « produits plaisir » (abats, sauces, fromages, charcuterie…) ;

–   Conséquence de ce régime alimentaire plus sain, leur apport énergétique, ainsi qu’en lipides et en sel, est moins important que celui des non-consommateurs de compléments alimentaires ;

–   Ils font partie des catégories sociales plutôt aisées, qui se préoccupent davantage de leur santé : un contexte alimentaire qui explique en partie les différences observées.

Qu’en est-il de la « contribution nutritionnelle » des compléments alimentaires ?

Ceux-ci représentent une part non négligeable mais rarement majoritaire de l’apport nutritionnel total (aliment + complément), notamment pour les macronutriments (lipides, glucides, protéines) et l’énergie. En revanche, certains minéraux et vitamines contribuent fortement à cet apport : c’est le cas notamment de la vitamine D (37 %), de la vitamine B1 (32 %) et de la vitamine C (30 %).

De plus, chez les consommateurs de compléments alimentaires, on observe une diminution de la prévalence d’inadéquation des apports nutritionnels aux besoins nutritionnels moyens : – 19 % pour la vitamine C, – 15 % pour la vitamine E, – 14 % pour la vitamine B9 et – 11 % pour le magnésium. Chez les enfants, cette baisse est plus marquée pour le cuivre (- 10 %) et le zinc (- 8%).

A noter que l’étude montre aussi que les populations aux plus bas revenus ont un risque d’insuffisance d’apport nutritionnel plus important (+ 9 %).

Des résultats intéressants qui montrent que ce sont essentiellement les compléments vitaminiques et minéraux qui contribuent à l’équilibre nutritionnel, mais aussi et surtout le régime alimentaire des consommateurs de compléments alimentaires, plus respectueux des recommandations officielles que celui des non–consommateurs ou encore de celui des personnes à faibles revenus.

A propos de l'auteur

Caroline

Consultante Senior chez Nutrikéo. Mes domaines de prédilection : l'univers de la santé et plus particulièrement la communication médicale.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Culture Nutrition

GRATUIT
VOIR