Communication

Carrefour continue sa lancée vers le « manger-mieux »

grande surface
Ophélie Perdrieau
Écrit par Ophélie Perdrieau

Avec pour ambition d’être le leader de la transition alimentaire, Carrefour affirme à nouveau sa campagne « Act for Food » grâce à la venue de diététiciens en magasins !

Des diététiciens au service des consommateurs

Au-delà des produits bio, locaux et équitables, manger mieux passe également par un bon équilibre dans l’assiette. C’est pourquoi Carrefour s’est associé à la mutualité Partenamut pour proposer des séances de coaching alimentaire. Chez Carrefour, les samedis du mois de mai seront effectivement ponctués par des conseils de professionnels de santé issus de l’Union Professionnelle des Diététicien(ne)s de Langue Française (UPDLF) qui aiguilleront les consommateurs dans leurs choix. Dans une trentaine d’hypermarchés, ils accueilleront et aideront toute personne souhaitant bien remplir son caddie. Ce soutien pourra aussi prendre la forme d’un appel téléphonique d’une vingtaine de minutes pour tous les clients inscrits sur le site.

Valoriser les fruits et légumes de saison et locaux

Fruits et légumes seront également à l’honneur lors de cette campagne. L’objectif sera donc en parallèle de guider le consommateur vers des produits de saison. Le bio reste notamment un axe à privilégier : près de neuf français sur dix ont déclaré avoir consommé du bio en 2018*.

La production locale fait notamment partie des points à valoriser auprès d’un public de plus en plus soucieux de la durabilité de son assiette. Ce n’est pas par hasard que Carrefour souhaite mettre en valeur ce mode de consommation : le distributeur s’est effectivement engagé d’ici 2020 à proposer 95 % de produits récoltés en France. Courgettes l’hiver et potiron l’été ne seront donc plus d’actualité, pour sensibiliser les consommateurs habitués à une offre non restrictive.

Cette démarche s’accompagne d’une volonté de favoriser la réintroduction de cultures en voie de disparition en France. Prenons l’exemple des champignons provenant très souvent de Pologne ou des Pays-Bas dans la grande distribution : Carrefour a décidé d’une provenance 100 % française l’année prochaine.

Une association d’action pour un maximum d’impact : introduction de la blockchain

Et Carrefour ne s’arrête pas là ! Récemment associé via un partenariat tripartite avec Nestlé et IBM Food Trust, le distributeur a décidé d’appliquer la technologie blockchain à la purée Mousline. Concrètement, les consommateurs pourront accéder avec leur smartphone aux informations relatives à la chaine d’approvisionnement. Ils pourront alors visualiser quelles variétés de pommes de terre ont été utilisées, quand, où et avec quels contrôles de qualité avant leur mise en rayon. Une opération déjà mise en place dans le cadre de la commercialisation du poulet fermier d’Auvergne en Mars 2018. Cette démarche représente un gage de transparence et donc de confiance vis-à-vis des consommateurs. L’équipe Culture Nutrition vous en dit plus sur la blockchain au service de la traçabilité.

Recentré sur l’alimentaire, Carrefour répond à la demande croissante des consommateurs du manger mieux. Il s’inscrit également dans le concept d’entreprise à mission introduit par la loi Pacte. « Ré-enchenter l’hyper » passe alors par l’écoute de ses clients et le déploiement d’un mode de consommation plus durable.

print

A propos de l'auteur

Ophélie Perdrieau

Ophélie Perdrieau

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This