Santé publique

Plan prévention de santé publique : l’alimentation et la nutrition au centre des préoccupations !

alimentation saine et santé publique
Celine Henon
Écrit par Celine Henon

Avec le dernier rapport publié en mars par le Haut Conseil de la Santé Publique, le gouvernement français place l’année 2019 sous le signe de la nutrition et de la prévention par l’alimentation. Décryptage des objectifs fixés pour 2023, et des actions prévues pour y arriver.

Un constat qui pousse à l’action : l’obésité et le surpoids trop fréquents chez les Français

Alors qu’on ne vante plus les mérites d’une alimentation équilibrée et d’une activité physique pour être en bonne santé, lutter contre la malnutrition et l’excès de poids, les chiffres sont quelque peu alarmants.

En France, le surpoids touche 47% des adultes, dont 17% sont obèses. Chez les enfants, 17% sont considérés en surpoids, et 4% obèses[1]. Nous observons une augmentation de la dénutrition chez les seniors qui perdent le goût de s’alimenter, et le nombre de maladies cardiovasculaires, cancers et diabètes de type 2 augmente au fil des années.

Des objectifs ambitieux pour améliorer la santé à travers l’alimentation et l’activité physique d’ici 2023

Pour tenter d’y remédier, le gouvernement compte s’appuyer sur les deux piliers d’un mode de vie sain : une alimentation saine et une activité physique et sportive.

Des objectifs globaux ont été définis, avec pour ambition de les atteindre d’ici 2023. Le gouvernement met l’accent principalement sur l’obésité ainsi que sur la dénutrition.

Les objectifs sont :

  • Diminuer de 15% l’obésité et stabiliser le surpoids chez les adultes
  • Diminuer de 20% le surpoids et l’obésité chez les enfants et les adolescents
  • Réduire le pourcentage de personnes âgées dénutries vivant à domicile ou en institution de 15 % au moins pour les plus de 60 ans et de 30 % au moins pour les plus de 80 ans
  • Réduire de 20 % le pourcentage de malades hospitalisés dénutris à la sortie d’hospitalisation

Des actions concrètes pour atteindre les objectifs à travers l’alimentation

Concrètement, à quoi peut-on s’attendre pour atteindre ces objectifs ? Concernant l’alimentation, les objectifs vont dans le sens de l’éducation alimentaire pour que chacun puisse connaître les bons réflexes alimentaires, de lutte contre la dénutrition et de l’amélioration de la qualité nutritionnelle des produits alimentaires.

  • Améliorer la qualité nutritionnelle de tous les aliments transformés et promouvoir le Nutri-score afin de mieux pouvoir identifier les produits bons ou mauvais pour la santé
  • Réduire la consommation de sel de 30%, dont on connaît très bien les effets néfastes sur la pression artérielle et sur la santé cardiovasculaire
  • Protéger les enfants et adolescents d’une exposition à la publicité pour des aliments et boissons non recommandés en réglementant le marketing alimentaire
  • Permettre à tous de bénéficier d’une restauration collective de qualité en toute transparence. Les repas scolaires ou dans les cantines professionnelles ne devraient pas être une source de déséquilibre alimentaire.
  • Organiser dès 2020 la journée nationale « Les coulisses de l’alimentation» sur le modèle des Journées du Patrimoine. Cela permettra de faire découvrir l’envers du décor du monde de l’alimentaire, et éduquer les consommateurs de façon ludique.
  • Étendre l’éducation alimentaire de la maternelle au lycée pour que cela devienne un sujet académique de fond, qui accompagne les générations futures pendant leur scolarité entière
  • Veiller à l’alimentation de nos aînés : prévenir la dénutrition qui touche de plus en plus de personnes
  • Promouvoir et partager au niveau national les actions locales innovantes pour montrer que chaque initiative a son importance
  • Étendre l’obligation de don des invendus alimentaires à la restauration collective et aux industriels et favoriser les dons pour limiter le gaspillage alimentaire. En effet, il est encore trop important malgré la mise en place de réglementations.
  • S’assurer de la qualité et de la fiabilité des applications numériques orientant le consommateur dans ses choix alimentaires

 

Des moyens multiples pour y arriver

Pour atteindre ces objectifs d’alimentation et de santé publique, nous pouvons citer plusieurs plans et programmes qui œuvrent dans ce sens.

Le PNNS, dont la 4ème version est sortie récemment, vise à améliorer les pratiques alimentaires en informant sur les apports nutritionnels, notamment chez les populations à risques. Ces recommandations servent généralement de base pour définir ce qu’est une alimentation saine pour les français. La Stratégie de prévention et de lutte contre la pauvreté promeut l’accès à une alimentation suffisante, saine et durable pour les personnes en situation de précarité, en particulier les enfants. Le Programme national pour l’alimentation soutient le parcours éducatif de santé sur la partie alimentation pendant et en dehors des temps scolaires. Enfin, le programme Ambition bio 2022 souhaite favoriser le bio et les circuits courts dans les cantines scolaires.

Pour plus d’informations sur le rapport du HCSP, c’est ici et vous pouvez retrouver le dossier de presse du Comité interministériel pour la Santé ici.

[1] Chiffres de 2015, en France

print

A propos de l'auteur

Celine Henon

Celine Henon

Chef de projet R&D e-nutrition chez Nutrikéo. Mes domaines de prédilection : food-tech, éducation nutritionnelle, hygiène de vie et bien-être…

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This