Aliments Santé publique

Guide alimentaire canadien / PNNS : les mises à jour laissent tomber les portions & familles d’aliments

Agathe
Écrit par Agathe

Le premier Guide alimentaire canadien a été publié en 1942 sous le titre « Les Règles alimentaires officielles au Canada ». En janvier dernier, il a été entièrement mis à jour. Tout comme notre PNNS français, il fait largement la promotion des comportements sociaux liés à l’alimentation : cuisiner, partager ses repas etc. La rédaction de Culture Nutrition s’est intéressée à la genèse de ce guide, à ses évolutions et ses similitudes avec le PNNS, lui-même au cœur de l’actualité. Et si ces mises à jour conduisaient à totalement revoir notre façon de parler d’alimentation ?

Un peu d’histoire autour de ce guide alimentaire…

En 1942, sous le nom « Règles alimentaires officielles au Canada », il avait pour objectif de prévenir les carences nutritionnelles et d’améliorer la santé de la population canadienne en temps de guerre. Il était assez précurseur puisque des feuillets intitulés « Contrôlez votre efficacité en temps de guerre » étaient insérés dans les enveloppes de paie ! Cette version du guide était centrée sur les différents repas de la journée et sur le rôle du lait dans l’alimentation.

Il a ensuite vécu de nombreuses éditions, pour finalement prendre sa forme actuelle (depuis 2007) sous le nom « Bien manger avec le Guide alimentaire canadien ». La particularité de ce guide est sans doute son temps d’avance sur ce qui se passe en France, puisque les notions de « substituts » y figuraient déjà :

  • Substituts de viande, sous-entendues les légumineuses
  • Substituts de produits laitiers, à savoir les jus & desserts végétaux et notamment de soja

Cela reflète probablement la différence de proportion entre la population végétarienne en Amérique (autour de 6 %) et en Europe (entre 0,5 et 4 %) [1].

Quels changements majeurs dans le Guide alimentaire canadien ?

Tout comme le PNNS, mis à jour le 22 janvier dernier, le Guide alimentaire canadien semble faire disparaître 2 éléments pourtant fondateurs jusqu’à présent : les portions et les familles d’aliments.

Cet article est réservé aux abonnés premium. Connectez-vous si vous avez un compte. Sinon, découvrez notre offre premium.

print

A propos de l'auteur

Agathe

Agathe

Consultante chef de projet Nutrikéo - Mes domaines de prédilection : animation évènements et formations, restauration hors domicile, minceur…

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This