Aliments Foodtech

L’agriculture urbaine, terreau fertile pour l’avenir alimentaire

agriculture urbaine urban farming
Ophélie Perdrieau
Écrit par Ophélie Perdrieau

Alors que Paris lance sa 3ème saison des « Parisculteurs », les aménagements d’espaces agricoles intra-muros continuent de fleurir dans les villes. Ils se déploient aujourd’hui activement sous de multiples formes. Toits, murs, sous-sols… sont autant de lieux propices à l’installation de fermes urbaines.

L’agriculture urbaine, une nécessité aujourd’hui

« Ni les Objectifs du Millénaire pour le développement, ni les buts du Sommet alimentaire mondial ne seront atteints si l’on n’accorde pas l’attention nécessaire aux villes et aux liens villes-campagnes. » Selon la FAO, 60 % de la population mondiale vivra dans les villes d’ici 2030. Couplé à une insécurité alimentaire croissante, ceci amène les États membres à intégrer pleinement l’alimentation et l’agriculture dans l’aménagement du territoire urbain.

Une solution durable pour des villes résilientes

Productrice d’aliments, créatrice d’emplois et recycleuse de déchets urbains, l’agriculture urbaine représente une véritable « trame verte ». Aujourd’hui pratiquée par plus de 800 millions de personnes, l’agriculture urbaine participe à la résilience des villes face au changement climatique. En plus de diversifier les sources d’alimentation, l’agriculture urbaine préserve efficacement les espaces verts, favorise la biodiversité, la couverture végétale, l’infiltration de l’eau, …

La FAO souligne par ailleurs l’efficacité, en termes de rendement, de l’agriculture urbaine. Elle assure une productivité potentiellement 15 fois supérieure à celle des exploitations en zones rurales. 20 kilos de nourriture peuvent être également fournis par une superficie de seulement 1 m2 sur une année.

Une source d’ambitions pour les startups

Parisculteurs est un bel exemple d’aide au développement d’espaces agricoles en ville. Cet appel à projets s’adresse  aux agriculteurs, jardiniers, entrepreneurs, start ups… invités à proposer leurs projets pour végétaliser 5,8 hectares répartis sur 32 sites en région parisienne. Les deux dernières éditions ont permis  de produire annuellement 1240 tonnes de légumes, fruits, champignons et aromates mais aussi du poisson, du miel, du houblon, du safran…

Topager, Merci Raymond, Sous les fraises, Agripolis… sont également des startups déployant activement l’agriculture dans l’univers urbain grâce à des solutions foodtech ingénieuses. Prenons le cas d’Agricool qui a récemment levé 25 millions d’euros. Start up lancée en 2015 par Guillaume Fourdinier et Gonzague Gru, elle se destine à la culture de fraises à la verticale dans des containers tempérés en plein Paris. Le tout sans pesticides ! À coup de levées de plusieurs millions d’euros, Agricool s’est aisément développée et répond à la demande croissante d’aliments locaux et à la valorisation des filières courtes.

« On ne trouvait pas de produits qui pour nous étaient bons et sains et abordables en ville. Rapidement il y a quelque chose qui s’est imposé, c’était l’agriculture urbaine c’est à dire produire là où on consomme. »
– Gonzague Gru, co-fondateur d’Agricool

Une solution à maîtriser

Toutefois, l’agriculture urbaine peut présenter des risques environnementaux et sanitaires. L’usage inadéquat des pesticides ou encore l’utilisation potentielle de terre et d’eau contaminées sont des problématiques qui nécessitent une attention particulière vis-à-vis de la santé humaine. Il en est de même pour la pollution atmosphérique fragilisant inévitablement les cultures.

La production de céréales telles que le riz ou le blé requiert par ailleurs une biomasse importante, et donc une place inévitablement considérable dans les villes. L’élevage en fait également partie. Subvenir à tous les besoins de la ville (autrement dit une ville auto-suffisante) ne s’avère pas aisé, sans compter la pression foncière croissante qui affecte les territoires.

 

Dans tous les cas, l’agriculture urbaine reste un enjeu phare pour la nutrition santé. Maîtrisée, elle répond pleinement aux problématiques de développement durable actuelles. Vectrice de valeurs sociétales, elle sensibilise également les populations pour une consommation raisonnée, durable et saine.

Ce modèle d’agriculture s’inscrit d’ailleurs dans un contexte plus global de refonte de notre système alimentaire. Un concept développé dans notre article : Manger sain et responsable : découvrez le régime planétaire !.

print

A propos de l'auteur

Ophélie Perdrieau

Ophélie Perdrieau

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This