Ingrédients

Zoom sur l’Honokiol, au cœur de la tendance phytothérapie

Laura
Écrit par Laura

Read this article in English

L’honokiol, késako ? Contrairement à ce que son nom peut laisser penser, il ne s’agit ni d’une nouvelle boisson aux notes japonisantes, ni d’un super-champignon, mais bien d’un actif nutraceutique. L’honokiol est l’actif principal de l’écorce de Magnolia. Notre équipe de rédacteurs s’est penchée sur cet ingrédient encore peu connu du grand public.

Des origines lointaines

Comme de nombreuses plantes, le magnolia a longtemps été utilisé en médecine traditionnelle chinoise et japonaise pour ses propriétés anti-inflammatoires. Peu démocratisé aujourd’hui, l’honokiol possède cependant plusieurs vertus et études scientifiques à l’appui pour en faire un ingrédient intéressant pour les compléments alimentaires.

4 bénéfices santé majeurs

L’honokiol n’est autre qu’un polyphénol naturel. Il est étudié dans de nombreuses études scientifiques in vitro et in vivo. Son effet anti-oxydant est largement démontré, même si pour le moment les études in vivo sont pour la plupart effectuées sur les animaux. Une confirmation de tous les effets sur l’Homme serait la bienvenue pour démocratiser cet ingrédient.
4 bénéfices majeurs ont été identifiés chez l’Homme :

  • Lutte contre la prolifération de cellules cancéreuses avec une action positive sur différents types de cancers et tumeurs (peau, sein, prostate, tumeur cérébrale)
  • Effets positifs sur les promesses stress et sommeil
  • Prévention des maladies dégénératives liées à l’âge
  • Activation de la SIRT3, une protéine impliquée dans le syndrome métabolique et l’hypertension artérielle pulmonaire. Cela semblerait être une action complémentaire à celle d’autres actifs nutraceutiques comme le resvératrol.

Formuler des compléments alimentaires avec l’honokiol

Comme tout ingrédient nutraceutique, l’honokiol nécessite d’être utilisé sous sa forme la plus pure possible pour une efficacité optimale. Il est recommandé de privilégier des extraits avec au minimum 90 % d’honokiol. On trouve en effet sur le marché du magnolol, un isomère moins étudié et a priori moins efficace.

D’un point de vue réglementaire, l’honokiol ne bénéficiant d’aucune allégation autorisée, il sera judicieux de l’associer à un actif complémentaire, possédant, lui, des allégations. Pour des promesses liées au sommeil, des plantes comme la passiflore ou la valériane seront les bienvenues.

Un ingrédient soutenu par une tendance de fond

L’honokiol s’inscrit dans les attentes actuelles des consommateurs : entre naturalité et efficacité. En effet, on voit aujourd’hui une nette augmentation des ventes de compléments alimentaires à base de plantes (+ 12 % en 2017 selon Synadiet), générant ainsi un chiffre d’affaires de plus de 400 millions d’euros en pharmacie .
L’honokiol s’intègre donc parfaitement dans la tendance de la phytothérapie. Il s’agit d’un ingrédient à suivre, qui pourrait, avec des études cliniques complémentaires, devenir un must-have à l’avenir. L’écorce de magnolia peut également être infusée : pourquoi ne pas imaginer des concepts nutraceutiques sous forme d’infusions, de boissons…

print

A propos de l'auteur

Laura

Laura

Consultante-Chef de Projet chez Nutrikéo.
Mes domaines de prédilection : nutraceutique, marketing agroalimentaire, alimentation durable, innovations en alimentation...

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This