Foodtech

Révolution FoodTech #1 : Comment mieux produire grâce à l’Urban Farming ?

Ombeline
Écrit par Ombeline

Cultiver des légumes au milieu des gratte-ciels ou dans son 35 m² sans balcon, c’est possible avec l’Urban Farming ! Son objectif ? Faciliter l’accès à des aliments bruts et frais, même en ville. Selon Jeanne Pourias, doctorante à l’école AgroParisTech, « L’agriculture urbaine, c’est l’idée d’une agriculture tournée vers la ville, qui utilise des ressources, des déchets et une main d’œuvre de la ville ». Maraîchage, arbres fruitiers, petits élevages animaux ou encore céréales, le champ des possibles est plus large qu’on ne pourrait le croire, et l’accès à une alimentation fraîche et (presque) équilibrée en ville facilitée.

Quelles sont ces nouvelles méthodes de culture qui vont révolutionner notre quotidien ?

Le Micro Farming, ou comment exploiter des petites surfaces agricoles en ville ?

Forme la plus « simple » et répandue de l’agriculture urbaine, le potager urbain (souvent sur les toits), au-delà de ses intérêts économiques, environnementaux et sociaux, est la garantie d’une alimentation locale, sans pesticides, fraîche et nutritive (grâce à une récolte à maturité). C’est ce que propose la start-up Sous les fraises, qui installe des jardins potagers et fruitiers dans les entreprises en ville. Comment ça marche ? Une membrane issue d’un mélange de laine de mouton et de chanvre alimentée d’un circuit d’irrigation fermé, permet aux végétaux de s’épanouir partout… et surtout sans produits chimiques ! Résultat : zéro entretien et de grandes entreprises déjà conquises, comme Nexity, Unibail, les Galeries Lafayette ou le BHV !

Pendant que certains investissent les toits, d’autres exploitent… des containers ! Et oui, ce mode de culture a bel et bien porté ses fruits, c’est le cas de le dire, puisqu’elle a permis à la startup Agricool d’embaucher 30 personnes en 3 ans ! Les fraises, leur spécialité, poussent ainsi sous lampes dans des « cooltainers », arrosées par circuit fermé. Résultat : des rendements 120 fois supérieurs à ceux d’une culture en pleine terre… et des fraises locales 30 % moins chères que le bio toute l’année ! Reste à vérifier si la qualité nutritionnelle, sans être équivalente à celle d’une culture en pleine terre, est au rendez-vous…

Le Vertical Farming, l’agriculture urbaine à grande échelle

Plus high tech, les fermes verticales permettent de cultiver des quantités importantes d’aliments dans des tours ou autres structures verticales pour produire plus tout en limitant l’emprise au sol, et donc l’usage de ressources. Ce mode de culture plus « intensif » semble très prometteur : selon Marc Cases, fondateur de Tootem, l’agriculture verticale permettrait de « faire pousser 400 salades par an sur un balcon ! ». Sa startup développe des tubes de culture permettant aux urbains de produire une nourriture saine, sur un petit espace et avec de hauts rendements. Pendant ce temps à Paris, Cycloponics a donné naissance à une ferme urbaine verticale bio… dans un parking souterrain ! Champignons et micro-pousses font désormais le bonheur des voisins.

Le Self Farming, ou comment cultiver chez soi, en intérieur

Bonne nouvelle pour les citadins : aujourd’hui, l’absence d’espace extérieur n’empêche pas d’avoir son potager. Qui l’eut cru ? Jardin connecté d’aromates chez Lilo, kit pour faire pousser des champignons chez Prêt à Pousser, « phytotière » à microalgues chez Alg&You ou encore autoproduction de fruits et légumes frais toute l’année chez Kitchen Gardening, les kits de self-farming à domicile fleurissent. Stupéfiants et plus « courts » que jamais, les concepts de potager indoor n’ont pas dit leur dernier mot pour apporter de la fraîcheur dans l’assiette des locavores.

Au-delà de permettre d’accéder à des produits sains, frais et locaux aux citadins, l’agriculture urbaine est aussi une façon de végétaliser nos villes, constituant un refuge pour la biodiversité, limitant le réchauffement urbain, réduisant les pollutions et l’émission de gaz à effet de serre. Il est temps de se lancer dans la grande aventure végétale urbaine !

Le thème de la foodtech vous intéresse ? Consultez cet article sur ses principaux facteurs clés de succès !

print

A propos de l'auteur

Ombeline

Ombeline

Consultante chef de projet Nutrikéo - Mes domaines de prédilection : marketing et communication des compléments alimentaires, développement de nouveaux produits, alimentation infantile…

Laisser un Commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Share This