Foodtech

La « Blockchain » pourrait-elle aussi déchaîner la FoodTech ?

Blockchain
François
Écrit par François

Difficile aujourd’hui de passer à côté de ce terme vendu comme le nouvel Eldorado du secteur économique. Mais comment définir simplement ce concept tant à la mode ? Quel est son origine ? A quel(s) secteur(s) peut-il s’appliquer ? Comment concrètement ? Culture Nutrition décortique pour vous le concept de « Blockchain » brique par brique et vous propose une vision de son application au secteur bien spécifique de la FoodTech.

 

Vous avez dit blockchain ?

Par définition, la mystérieuse blockchain se définit « simplement » comme étant une technologie d’échange et de stockage d’informations complètement sécurisée, transparente et dénuée de tiers de confiance.

La légende veut qu’elle tire son origine d’un mystérieux

inconnu répondant au pseudonyme de Satoshi Nakamoto, également créateur de la première monnaie numérique : le « bitcoin ». La naissance de la blockchain, assimilable à un grand livre comptable, est en fait venu du besoin de sécurisation des transactions numériques liées à l’apparition de cette nouvelle monnaie virtuelle, tout en s’affranchissant des tiers de confiances tels que les établissements banquiers.

Toutes les transactions d’effectuant entre les utilisateurs du réseau (ex : A vers B) sont en fait regroupées en blocs, eux-mêmes validés par les nœuds du réseaux appelés « mineurs » sous forme de résolution de problèmes algorithmiques. Une fois validé, un bloc de transactions est ajouté à cette fameuse « chaîne de blocs », consultable par l’ensemble des acteurs du réseau. Vous l’aurez compris, la blockchain est donc au départ propre au secteur financier pour assurer des flux de transactions entièrement sécurisés, transparents et inviolables, réinventant complètement les rapports de confiance entre les entités d’un réseau financier ou autre.

 

Blockchain et FoodTech : quelles possibilités ?

Des blocs de transactions financières sécurisées c’est intéressant, mais la FoodTech dans tout ça ? Et bien c’est là toute la révolution de la blockchain qui est en train de disrupter tous les secteurs les uns après les autres de par ses nombreuses possibilités d’application. Remplaçons un instant notre grand livre comptable par un registre de données, et nos transactions financières par de simples informations, le principe reste le même ! La blockchain permet de réduire les intermédiaires et surtout les coûts, en créant un historique d’échange d’informations sécurisé, inviolable, et accessible par tous les membres du réseau. Sur le secteur précis de la FoodTech et de l’AgTech, des applications intéressantes font alors leur apparition, comme par exemple :

  • Meilleure traçabilité des produits : la supply chain, pouvant parfois rassembler de très nombreux acteurs intermédiaires entre le producteur et le consommateur, manque parfois de transparence et d’efficacité sans parler des coûts engagés à chaque étape. Et ce manque de fluidité entre les acteurs du réseau se ressent dans la qualité de la traçabilité des produits, notion essentielle au domaine agro-alimentaire. La blockchain permettrait alors ici un enregistrement fiable et sécurisé de tout le parcours d’un produit donné, consultable par tous les acteurs concernés, jusqu’au consommateur.
  • Davantage de transparence et d’efficacité : à l’image de l’enregistrement en chaînes de blocs des transactions bitcoin, les acteurs d’une filière données pourraient ainsi garder un suivi totalement fiable et inviolable de l’ensemble des transactions effectuées entre fournisseurs et acheteurs, et visible de tous. Cette technologie réduirait ainsi le manque de confiance et les risques de fraude qu’on peut parfois observer entre différents intervenants, tout en optimisant par ailleurs les délais de transactions financières.

 

Un cas concret : « Walmart Blockchain Technology »

Walmart a en effet décidé de s’engager dans la sécurité alimentaire en partenariat avec IBM et l’Université Tsinghua de Pékin pour suivre numériquement le parcours du porc en Chine grâce à la blockchain. Le projet permettra d’enregistrer de manière irréversible, fiable et transparente les transactions effectuées sur l’ensemble du parcours de la viande entre les différents acteurs, des producteurs jusqu’aux consommateurs. Les objectifs du groupe ? Rassurer avant tout le consommateur et éviter d’éventuelles crises sanitaires en rendant plus difficile les fraudes et manques de rigueur dans les données relatives à l’origine du produit (dates d’expiration, températures de stockage et d’expédition, etc).

La blockchain n’a donc pas fini de nous dévoiler tout son potentiel au-delà de son application originelle propre au secteur financier, et représente pour la FoodTech et certaines filières alimentaires une réelle carte à jouer pour disrupter l’ensemble de la supply chain, entre autres finalités à venir…

foodtech-strategies

A propos de l'auteur

François

François

Doctorant en Education Nutritionnelle grâce aux Technologies de l’Information et de la Communication (TIC) – Mes domaines de prédilection : e-nutrition, IoT, éducation nutritionnelle, comportements alimentaires

Laisser un Commentaire

Share This